Questions diverses adoption

Postez ici vos réflexions sur des sujets d'actualités ou vos questions d'ordre général.
Répondre
Maeva
Messages : 3
Enregistré le : lun. 5 avr. 2021 22:56

Questions diverses adoption

Message non lu par Maeva »

Bonjour à tous !

Je m’appelle Maëva, j’ai 25 ans, et je souhaiterais me lancer dans l’adoption en célibataire. Si la proposition de loi permettant d’adopter à partir de 26 ans aboutie, alors je déposerai ma demande d’agrément à la fin de l’année, ou début d’année prochaine. Si la proposition de loi est refusée, je m’armerai de patience et attendrai mes 28 ans !

Bien que je me sois pas mal renseignée sur le sujet ces derniers mois, je me pose encore plusieurs questions, pour lesquelles j’espère que vous pourrez m’aider à y répondre. Désolée par avance de la longueur de ce post, et merci à tous ceux qui auront le courage de le lire. ^^

Tout d’abord, quels peuvent être les motifs d’un refus d’agrément ? Le nombre de pays acceptant les demandes d’adoption de célibataires étant très limité, et beaucoup n’acceptant pas les personnes ayant obtenu leur agrément via recours, j’aimerais vraiment mettre toutes les chances de mon côté tout en étant le plus honnête possible. N’ayant pas encore l’âge requis pour la demande d’agrément, est-il quand même possible d’assister à une réunion d’information du département ? Par ailleurs, quelqu’un ici a-t-il fait ses démarches dans le 22 ? Si oui, comment cela s’est-il passé ?

De même, j’ai vu que les adoptions, que ce soit au niveau national ou internationale, sont très difficiles, et il est souvent préféré un couple marié à un/une célibataire. Il faut aussi être ouvert à d’éventuels besoins spécifiques ou à certaines tranches d’âge. De mon côté, je souhaiterais adopter un enfant, fille ou garçon, entre 0 et 5 ans, et suis ouverte au fait qu’il soit porteur du virus du VIH ou de l’hépatite B. J’en ai parlé à ma famille et à mes amis proches qui n’y voient pas d’inconvénients, et me soutiennent, malgré des questionnements compréhensibles de certains d’entre eux, par manque de connaissance. Pour les personnes ayant adopté un enfant porteur de l’un de ces virus, jugez-vous que cela a été / est toujours difficile à gérer ? Que cela pourrait être faisable en solo ? Les enfants ont-ils conscience de leur maladie et acceptent-ils bien les traitements qu’ils doivent prendre, ou les visites médicales nécessaires ? Quelle place la maladie prend-t-elle dans la vie de la famille ?

Est-il possible de se rendre dans une OAA avant même d’avoir l’agrément pour poser des questions et pour voir comment cela se passe, ou est-ce considéré comme faire perdre du temps aux bénévoles de l’organisme ? Faut-il les contacter auparavant ?

Les refus des dossiers OAA sont-ils fréquents ? Si oui, les organismes nous expliquent-ils la raison du refus ? J’ai lu sur un forum qu’il ne fallait pas se laisser abattre, et reprendre contact avec eux. Mais ne verraient-ils pas d’un mauvais œil qu’une personne soit trop insistante ? Sinon, sous combien de temps il est préférable de les recontacter ? Faut-il éviter d’avoir l’air désespérée, dans le cas où aucun dossier envoyé n’aurait été retenu ? Parce qu’après avoir croisé les OAA agrées dans mon département et les pays où il me serait possible d’adopter en fonction de leurs critères (et en fonction des miens également), les possibilités sont minces.

Et quand un dossier est retenu, est-ce que cela signifie automatiquement qu’il y aura apparentement ? Si oui, sous combien de temps en général ? Et combien de temps après l’apparentement peut-on aller chercher son enfant ?

Comment ça se passe si mon dossier a été, par le plus grand bonheur, accepté dans plusieurs OAA ? Vaut-il mieux se concentrer sur un seul organisme ? Ou bien multiplier ses chances et continuer les procédures dans les divers organismes jusqu’à obtenir un apparentement avec l’un d’eux (et dès lors, stopper la procédure avec les autres) ? Le fait de garder une demande dans plusieurs organismes cause-t-il du tort à d’autres adoptants ?

Pour certains pays, un minimum de jours à passer sur le territoire est demandé, avant l’adoption de l’enfant. Comment cela se passe-t-il : peut-on aller le voir tous les jours ? Le prendre avec nous après quelques temps, pour aller se balader (proche de l’établissement où il est, le but n’étant pas de le traumatiser ou de faire penser à un enlèvement, loin de là) ? Est-ce aussi pour se familiariser avec la culture du pays ? Également, a-t-on le choix du logement (d’un point de vu strictement budgétaire, histoire d’éviter de se retrouver dans le plus cher du quartier), ou bien est-ce l’organisme avec lequel on adopte qui en désigne un en amont ?

J’ai regardé également quelques reportages sur les enfants adoptés en Faamu, et je trouve la pratique très intéressante. Toutefois, une adoption plénière est-elle possible avec ce type d’adoption, tout en ayant la possibilité de garder contact avec la famille biologique, et de retourner les voir quand l’enfant sera plus grand (ce que je trouve ici intéressant) ? Ou bien seules les adoptions simples sont concernées ? Et comment on fait pour trouver une femme ou un couple qui choisi de ne pas garder son enfant ? J’ai lu un témoignage d’une personne qui disait s’être rendu sur place, et qui demandait aux femmes enceintes qu’elle croisait si elles ne voulaient pas donner leur bébé. Bien que je puisse comprendre que certaines personnes arrivent à des actions désespérées, sans jugement aucun, je ne me vois pas éthiquement parlant accoster toutes les femmes enceintes que je croise. Y a-t-il des associations en particulier, qui sont en relation avec des personnes qui ne veulent / peuvent pas garder leur bébé ? Ou bien est-ce du bouche à oreilles, en fonction des contacts de tout un chacun ?

Enfin, je suis quelqu’un qui s’intéresse beaucoup à la généalogie. Comment puis-je faire comprendre à mon enfant en grandissant que, bien qu’il soit adopté, et qu’il a ses origines, il fait quand même parti de ‘mon arbre’ ? Ne risque-t-il pas d’avoir des difficultés à trouver sa place, ou à s’identifier ? Quelqu’un a-t-il rencontré cette problématique ? Bien sûr, s’il souhaite partir à la recherche de ses origines, je n’aurai aucun problème à l’aider dans ses démarches, pour un peu qu’on possède au moins un minimum d’informations pouvant nous le permettre. Après tout, il aura toujours ses racines biologiques.

Je vous remercie de m’avoir lu, et attend vos éclaircissements, témoignages, ou toute aide que vous pourrez apporter.

Bonne soirée à vous ! 😊
Fifoune
Messages : 307
Enregistré le : lun. 25 juil. 2011 17:12
Localisation : IdF
Situation familliale : Mariee
Profession, activité : Assistante de direction
Profil adoption : Heureuse maman de F. arrivée d'Haïti en 2009 à 4 ans et 2 mois (procédure individuelle, 34 mois d'attente), de H. arrivé de RDC en 2016 à 6 ans et demi (OAA, 50 mois d'attente) et de G. né en France et rencontré en 2019 à l'âge de 4 ans.
emailpersonnel : delphine.francou@gmail.com

Re: Questions diverses adoption

Message non lu par Fifoune »

Bonjour et bienvenue.

Vous vous posez beaucoup de questions et c'est légitime.
Mon conseil : focalisez vous sur l'agrément ! C'est déjà un gros sujet en soi, surtout avec votre profil (très jeune et célibitaire). Vous allez être challengée sur le pourquoi, et il faudra être au clair sur vos motivations. Pour vous préparer au mieux, vous pouvez contacter l'EFA 22 pour essayer de rencontrer des solos qui sont en cours de procédure ou qui auraient abouti (idéalement récemment car les choses ont beaucoup changé ces dernières années) afin d'avoir des témoignages et des conseils (notamment sur l'accueil qui est fait à votre profil dans le département).

Aussi, vous pourrez prendre RDV avec une COCA proche de chez vous pour discuter des particularités médicales. Effectivement, c'est important d'être ouvert aujourd'hui quand on se tourne vers l'international, mais c'est bien aussi d'être préparé, surtout quand on est solo (l'accompagnement d'un enfant peut parfois être lourd à gérer notamment sur le plan logisitique), et personne ne vous renseignera aussi bien qu'un médecin spécialiste de l'adoption.

Concernant les OAAs il est donc trop tôt pour vous y intéresser, les choses bougent très vite en matière d'adoption internationale donc les conseils qu'on vous donnera maintenant ne seront peut être plus adéquates d'ici 1 an (ou 2 ou 3) quand vous aurez votre agrément... Ce qui est sur c'est que les OAAs reçoivent bien plus de candidatures qu'ils n'ont la possibilité d'en accepter, donc oui, il faut avoir un bon dossier (avec le profil et les ouvertures qui vont bien...) et être perséverant (et se préparer à ne jamais être accepté, ça arrive souvent aussi). Et c'est totalement inutile de les contacter avant d'avoir l'agrément.

Une dernière chose : le critère des 28 ans (possiblement 26) est requis au moment de l'adoption, c'est à dire après l'arrivée de l'enfant. Techniquement, vous pourriez donc commencer l'agrément avant. Mais c'est à vérifier avec votre département car cela dépend de l'interprétation des textes de chacun, et il y en a qui exigent ce critère dès l'agrément... à vérifier donc.

Bonne réflexion,
Delphine
Delphine (43 ans) maman d'une puce de 15 ans (Haïti, 2009), d'un ptit gars de 11 ans (RDC, 2016), et d'un mini gars de 6 ans (France, 2019).
Maeva
Messages : 3
Enregistré le : lun. 5 avr. 2021 22:56

Re: Questions diverses adoption

Message non lu par Maeva »

Bonjour Delphine,

Merci beaucoup pour vos réponses !

C’est vrai que finalement, l’agrément est le début de tout, la première étape qui me permettra de me lancer ou non dans l’adoption. Je connais déjà mes raisons de vouloir adopter seule et jeune, et je ne pense pas que j’aurai de difficultés à les expliquer lors des entretiens. Quand je m’imaginais le futur, c’était avec des enfants oui, mais seule. Je n’ai jamais eu le désir d’être accompagnée de cette façon dans ma vie. Si ça se passe, pas de soucis, sinon je ne recherche pas. Et je ne ressens pas le besoin, contrairement à beaucoup de personnes, d’être enceinte. Pour l’âge, des personnes ont des enfants très tôt, d’autres très tard. Pour moi le principal c’est à la fois de se sentir prête, mais surtout d’être capable de d’en occuper. Parce que mine de rien, un enfant c’est pour toute une vie, avec tous les avantages et inconvénients que ça amène. Ça reste un petit être humain. ^^

Contacter l’EFA 22 pour rencontrer des célibataires dont la procédure est déjà lancée pourra effectivement m’aider, et peut-être que ça me permettra de voir davantage la réalité des possibilités et du fonctionnement pour les personnes dans mon cas.
Je pense aussi que prendre RDV avec une COCA est la meilleure solution pour tout ce qui est particularités médicales. J’avais trouvé des « listes » de particularités sur internet, parfois en fonction des pays, et avais fait des recherches. Je sais déjà que pour certaines, ce n’est même pas la peine d’y penser pour moi, je ne me sens pas capable de gérer, mais d’autres ne me posent absolument aucun problème. Après en effet, c’est toujours bien d’avoir des informations sur comment cela se passe en réalité au quotidien.

Je me doutais bien que contacter les OAA avant l’agrément n’était peut-être pas une bonne idée, dans le sens où ça leur fait perdre du temps, et me donnerait de l’espoir sans doute à tort. Et si comme, vous dites, les choses bougent vite, c’est peut-être se précipiter inutilement. J’ai un peu de temps pour ça ! ^^

Oui j’avais lu que pour certains départements il fallait avoir l’âge requis au moment de l’adoption, et non pour obtenir l’agrément. Il va falloir que je me renseigne pour mon département. Après, honnêtement, même si c’est possible je pense quand même laisser couler quelques mois avant d’envoyer ma demande, le temps d’avoir une situation plus ‘stable’ (je viens d’emménager, et j’aimerais avoir suffisamment d’argent de côté pour qu’on me prenne au sérieux), et de me renseigner davantage. J’aime bien être préparée et mettre toutes les chances de mon côté. 😊

Encore merci à vous en tout cas, et très bonne journée !

Maëva
Patricia01
Administrateur du site
Messages : 1203
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 14 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 10 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: Questions diverses adoption

Message non lu par Patricia01 »

Pour compléter et répondre à la question concernant les refus d'agrément : ils sont rares en pratique. Une cause fréquente est une méconnaissance des spécificités et difficultés de l'adoption : il faut être bien conscient des difficultés et troubles qu peut engendrer un abandon et un début de vie chaotique, et avoir réfléchi à la façon de les prendre en compte. Il faut également avoir un vrai désir d'enfant et pas une envie de "rendre service" en le sauvant de la misère (avec l'idée qu'il pourrait en être redevable... non, il ne sera pas redevable). Ils vont vous questionner sur vos projets éventuels de vie de couple et la façon de tout articuler, pour que l'équilibre qui ve se créer ne soit pas rompu. Bref, vous avez un profil très particulier et ils vont creuser... et c'est normal, il ne faut pas qu'ils se plantent en confiant un enfant à n'importe qui, il faut juste avoir ça en tête pour comprendre !

Et rien n'empêche, légalement, de commencer les démarches tôt (enfin, en théorie : certains département ne veulent pas délivrer l'agrément avant les 28 ans). Mais on pourra peut-être s'interroger sur votre maturité, sur le fait que vous idéalisez peut-être les choses...

Bon courage !
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 15 et 11 ans
Maeva
Messages : 3
Enregistré le : lun. 5 avr. 2021 22:56

Re: Questions diverses adoption

Message non lu par Maeva »

Bonjour,

C'est rassurant de lire que les refus d'agrément restent rares, mais qu'ils existent si les professionnels estiment que l'adulte ne sera pas à même de prendre en charge la vie d'un enfant. Bien que parfois malheureusement ils puissent se tromper, dans les deux sens.

Je suis bien consciente des difficultés que cela peut engendrer, de l'arrivée de l'enfant à l'âge adulte, en fonction de son vécu ou de son ressenti sur son histoire. Chaque enfant emporte un bagage avec lui, et j'ai cru comprendre qu'on était pas forcément au courant de tout. Je sais bien que ce ne sera pas tout rose, qu'il y aura des cris, des pleures, ou qu'il peut aussi y avoir de l'indifférence, des difficultés à faire confiance, à s'attacher. Il faudra y aller progressivement, ça peut prendre du temps, tout ne se fera pas du jour au lendemain. Je suis persuadée de pouvoir gérer ça, bien que je me doute que ça ne doit pas être facile tous les jours, qu'il y aura des moments où je serai juste fatiguée et épuisée. Mais ça en vaut la peine.
Concernant la vie de couple, c'est pas compliqué : mon enfant passera toujours en priorité, quoi qu'il arrive. Comme je disais précédemment, je me suis toujours vue avec des enfants, pas avec un compagnon de vie. Le choix sera vite fait.

Honnêtement de mon côté, c'est pas du tout une envie de "rendre service" à un enfant. Au contraire, quand j'y réfléchi je trouve ça plutôt égoïste de ma part. Mais je le vois surtout comme : je ressens le besoin d'avoir un enfant, et un enfant a le besoin d'avoir une maman, donc autant réunir les deux, si on est compatibles. Et il ne me sera redevable en aucun cas. Tout ce qui m'intéresse, c'est que mon enfant soit heureux dans sa vie, qu'importe la voie qu'il décide de prendre.

Par contre en effet, bien que j'essaye d'en apprendre le maximum, il est possible que j'idéalise en partie la chose. C'est pour ça que, comme disait Delphine, le mieux serait de rencontrer l'EFA de mon département et de prendre rendez-vous avec une COCA, histoire que je prenne contact avec la réalité de l'adoption et de tout ce que ça englobe.

Je vous remercie pour votre temps, et très bonne journée à vous !
Répondre