Problèmes de gestion des émotions - agressivité verbale

Pour échanger sur la vie de tous les jours, parler des soucis et joies rencontrées : adaptation, scolarité, difficultés relationnelles ou comportementales.
Répondre
Matthieu A
Messages : 2
Enregistré le : jeu. 14 mai 2020 21:56
Localisation : Niort
Profil adoption : Adoption Laos 2011 (1 garçon de 10 ans)

Problèmes de gestion des émotions - agressivité verbale

Message non lu par Matthieu A » jeu. 14 mai 2020 22:24

Bonjour à tous,

Je me permets d'ouvrir un sujet car je souhaiterais partager l’expérience que nous vivons actuellement avec notre fils. Nous l'avons adopté en Asie à l'âge de 10 mois; il va bientôt avoir 10 ans.

Cette période de confinement a malheureusement eu des effets collatéraux assez désastreux sur notre équilibre familial… et a réouvert, béantes, des blessures à peine cicatrisées. Notre fils a très mal vécu cette période d’isolement et est devenu verbalement très agressif vis-à-vis de nous et envers lui-même : « Vous n’êtes pas mes vrais parents ! Je veux quitter cette famille, etc… ». Il a aussi envers lui un discours auto-destructeur très, très dur: "je vais me suicider, je vais avaler tous les médicaments..." Nous sommes particulièrement désemparés…
Une simple frustration, la moindre remarque de notre part déclenche chez lui des colères monstrueuses. Il a toujours été de tempérament coléreux, mais en ce moment ça dépasse tout ce qu’on a pu vivre.

Depuis les deux dernières années, certaines alertes nous avaient déjà poussés à mettre en place un suivi pédo-psy mais celui-ci n’a jamais réussi à aller au bout pour plein de raisons (psychologue quittant le service, prise en charge trop générale pas spécialisée dans les troubles liés à l’adoption…). Nous avons également fait faire un bilan neuro-psychologique qui s'est avéré normal. Cependant, notre fils possède un trouble en dyscalculie et nous soupçonnons d'autres troubles dys. Il vit très mal ses difficultés scolaires et les différences de plus en plus marquées avec ses camarades.

Dernièrement, les choses avaient l’air de s’être un peu tassées, mais notre fils est actuellement en recherche très active d’infos sur ses origines. Nous en discutons avec lui de manière très ouverte.

Je cherche des familles ayant vécu des expériences similaires, voire des ressources/outils. Je frappe à toutes les portes ! Merci d'avance pour vos retours.

Matthieu

Patricia01
Administrateur du site
Messages : 1100
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 14 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 10 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: Problèmes de gestion des émotions - agressivité verbale

Message non lu par Patricia01 » jeu. 14 mai 2020 23:18

Bonjour,
Je ne peux pas beaucoup aider : l'idéal serait effectivement de trouver un psychologue ou quelque chose de similaire ; des amis à nous semblent avoir de bons résultats avec leur fille (très agressive, vraiment ingérable) par le biais de l'équicie (c'est proche de l'équithérapie mais en moins cher : séances individuelles de soin au cheval et d'équitation où on travaille aussi la confiance en soi et le rapport à l'autre), d'autres ont tenté les arts martiaux en complément d'une thérapie.
Mais la gestion des émotions, c'est un problème assez récurrent en adoption : on en a aussi parlé dans deux autres topics, viewtopic.php?f=13&t=3910 et viewtopic.php?f=13&t=3245


Je suis particulièrement concernée, avec ma cadette, qui vient elle aussi d'Asie (les asiatiques sont-ils des têtes de mules ?). Mais j'ai un témoignage différent sur les effets du confinement.
Elle a 10 ans 1/2 et est elle aussi intolérante à la frustration, en colère permanente, avec le besoin de tout maîtriser, et une tendance de plus en plus forte à l'agression verbale vis-à-vis de nous, et surtout moi, sa mère. La plupart du temps, elle ne supporte rien, râle après le menu proposé quel qu'il soit, ne veut participer à aucune activité qu'on propose, bref, c'est la guerre permanente. Elle a également de grandes difficultés à accepter ses difficultés scolaires, à admettre qu'elle se trompe, elle ne veut jamais faire ses devoirs... Et elle refuse catégoriquement de voir un psy. Donc le début du confinement m'a un peu inquiétée.... et ça a été un peu tendu, effectivement.
Par chance, chez nous, ça s'est plutôt amélioré au fil du confinement. N'ayant plus la tension de la journée scolaire où elle passe son temps à s'efforcer d'être une élève parfaite (qui explose en fin de journée et ne supporte absolument rien), et n'ayant pas d'autre choix que d'occuper son temps au mieux, elle a fini par accepter quelques nouvelles activités (elle s'est remise aux jeux de société, à la cuisine), et même, chose à peine croyable, à accepter mes explications en maths ! L'atmosphère s'est décrispée au fil des semaines, c'est même devenu assez agréable, elle arrive même à rire des plaisanteries de son père (y compris quand il la vise) et à lui inventer des blagues ! Bref, c'est au point qu'on la garde encore à la maison malgré le début du déconfinement.
Comme quoi, le confinement, sous forme de grandes vacances prolongées (avec une quantité de travail scolaire raisonnable pour s'occuper), ça peut aussi être bénéfique. Il faut dire que ça l'a été également pour mon mari qui était auparavant en début de burn-out : tout le monde s'est bien détendu à la maison, ça a fait un bien fou.
Par contre, elle reste elle-même, elle râle encore beaucoup, c'est juste devenu "préado-typique", moins excessif et inquiétant qu'avant (et étant prof, les préados et ados, j'en ai cotoyé un paquet... Là elle est dans le moule normal, il n'y a plus rien de pathologique, à part, encore, la difficulté à accepter l'échec).


Ce qui est plus inquiétant pour votre fils, c'est le chantage au suicide. Nous, on a régulièrement "j'aurais préféré une autre famille" / "t'façon, pourquoi vous m'avez adopté, vous avez jamais l'temps !" / "pourquoi j'ai pas été adopté par des gens riches / qui ont des piscines / qui vont en vacances dans des hôtels/ etc ?", et autres remarques sympathiques, mais qu'on prend à la légère, sans dramatiser. Pas de remarque alarmante/suicidaire (sa soeur en a eu parfois, mais parce que son handicap est lourd à porter et accepter, et son cas nous inquiète beaucoup plus malgré sa grande gentillesse).
Pour votre fils, il y a là-derrière une souffrance.
Est-ce qu'un engagement à retourner dans son pays d'origine pourrait le sécuriser ? (pas forcément tout de suite sauf si ça vous semble urgent, mais quelque chose du genre "quand tu auras 16 ans, on ira dans ton pays revoir l'orphelinat, la ville où tu es né...")
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 14 et 10 ans

bertag
Messages : 114
Enregistré le : sam. 3 mars 2012 13:30
Localisation : bretagne
Situation familliale : mariée
Profil adoption : 2 enfants adoptés à 5.4 ans en Bulgarie avec MDM en 2015 et 3.3 en Chine avec AFA en 2018

Re: Problèmes de gestion des émotions - agressivité verbale

Message non lu par bertag » ven. 15 mai 2020 10:26

Bonjour,

Chez nous même profil de caractère colérique, agressif , "auto dévalorisé" chez notre aîné qui a 10.5 ans adopté il y a 5 ans en Bulgarie.
Le début du confinement a été extrêmement explosif : il est très jaloux de son petit frère et il était très agressif et parfois violent avec lui et avec moi; Quant au travail scolaire!!!...
Heureusement pour lui (et pour moi) il était gardé par sa tante ou à l'école quand je travaillais (profession médicale)

Et comme pour Patricia il s'est plutôt apaisé et même si c'est difficile avec moi , il a surtout pacifié ses relations avec son frère et ils jouent maintenant beaucoup ensemble .

Il a repris l'école en demi semaine et ses suivis SESSAD reprennent en mode dégradé. Mais comme vous Mathieu je désespère de pouvoir trouver un pédopsy "spécialisé en adoption ou en trouble de l'attachement.
Désolé, ce n'est qu"un simple témoignage, je n'ai malheureusement pas de recette miracle....
Cordialement
Bertag

Matthieu A
Messages : 2
Enregistré le : jeu. 14 mai 2020 21:56
Localisation : Niort
Profil adoption : Adoption Laos 2011 (1 garçon de 10 ans)

Re: Problèmes de gestion des émotions - agressivité verbale

Message non lu par Matthieu A » dim. 17 mai 2020 21:51

Bonsoir,

Merci pour vos retours et pour avoir échangé sur vos expériences, votre vécu familial.

En fait, suite à l'adoption de notre fils en Asie, nous avons décidé d'y rester et nous y avons vécu plusieurs années, jusqu'à notre retour en France en 2017. Juste avant de repartir, nous sommes retournés au Laos, On voulait revenir sur les lieux de son adoption, et "vivre le Laos" en famille plusieurs semaines afin que notre fils en ait des souvenirs. En effet, quand il est en crise, nous évoquons cette éventualité d'y retourner plus tard lorsqu'il serait plus grand - ça fonctionne un peu...

Durant le week-end, j'ai réussi à contacter l'EFA de mon département pour parler de notre situation. On va me donner les adresses de praticiens proches de l'association qui pourraient peut-être nous aider. C'est un premier pas, et le fait d'échanger aussi sur le forum permet de se sentir moins seul face à des situations qui nous dépassent. Je suis moi-même enseignant dans le primaire et j'ai eu pourtant à gérer des élèves particulièrement durs.

J'avais oublié de préciser dans mon premier post que ma femme est actuellement seule avec mon fils en France. Travaillant actuellement une partie de l'année à l'étranger, et à cause des confinements généralisés dans de nombreux pays, je n'ai pas pu les voir depuis presque 3 mois. J'espère pouvoir les retrouver dans quelques semaines, avec la levée progressive des restrictions de déplacement en Europe. L'année scolaire prochaine, quoi qu'il arrive, nous serons à nouveau tous ensemble.
Cependant, avant cette période si particulière, nous avions déjà vécu des crises très violentes. Ces dernières semaines d'isolement n'ont pas arrangé les choses! Ce week-end, ma femme, n'en pouvant plus, a réussi à souffler un peu en laissant notre fils chez ses grands-parents.

Merci encore de m'avoir répondu et au plaisir d'échanger à nouveau.
Bonne soirée.

Matthieu

Répondre